Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

L’AFNIC va créer un observatoire des « registrars »

L’AFNIC , en charge de l’enregistrement des noms de domaine en « .fr », conservera cette gestion pour 7 ans. Le nombre de noms de domaine en « .fr » a été multiplié par cinq ces cinq dernières années.

L’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (AFNIC) a été reconduite pour 7 ans par Christian Estrosi comme gestionnaire des noms de domaine en « .fr ». A ce titre, le ministre de l’industrie a demandé à l’AFNIC de prendre de nouveaux engagements. « Le ‘.fr’ représente une composante essentielle de notre infrastructure numérique. C’est un enjeu important pour la place de la France sur Internet et la fiabilité des échanges numériques, à l’heure où le commerce électronique dépasse les 25 milliards d’euros par an dans notre pays », a souligné le ministre.

L’AFNIC va ainsi créer un observatoire des bureaux d’enregistrement, qui mesurera et comparera la qualité et les tarifs des services fournis par ces sociétés. Cette mesure permettra d’accroître la transparence et la lisibilité de l’offre de services aux entreprises et aux particuliers.

Elle va également mettre en place un programme d’investissement et de développement visant à renforcer la sécurité et la stabilité du « .fr ». Elle s’engage, en particulier, à investir au moins 5% de son chiffre d’affaires annuel dans l’infrastructure de réseau, afin d’améliorer sa capacité de traitement des requêtes.

Enfin, l’AFNIC va ouvrir le « .fr » aux Français résidant à l’étranger dès le premier semestre 2010, et aux particuliers ainsi qu’aux entreprises domiciliés au sein de l’Union européenne d’ici à 2 ans.

Aujourd’hui en tête des nouveaux enregistrements en France, le nombre de noms de domaine en « .fr » a été multiplié par 5 en 5 ans et dépasse 1,6 million de noms enregistrés.

La désignation de l’AFNIC intervient à l’issue d’un appel à candidatures publié le 15 janvier 2009. Elle est conforme à l’avis du comité de sélection présidé par l’Agence du patrimoine immatériel de l’Etat (APIE).

Source: L’Expansion.fr