Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

La TV alémanique exilée dans les îles!

Vous cherchez le site internet de la télévision alémanique, SF (Schweizer Fernsehen)? Tapez: www.sf.tv. Jusqu’ici, cette adresse électronique n’avait pas étonné grand monde, puisque l’extension «.tv» est l’abréviation de «télévision». Et ce, même si les sociétés ou collectivités publiques basées en terres helvétiques se servent plus généralement du «.ch», domaine national réservé à la Suisse.

Mais lundi dernier, un élu UDC zurichois s’en est ému au Conseil national. «Pourquoi la télévision Suisse alémanique a-t-elle honte de sa provenance, la Suisse?», s’indigne Hans Kaufmann. Le parlementaire a fait sa petite enquête: derrière l’extension «.tv» se cache en effet le nom de domaine national des îles Tuvalu, un archipel de Polynésie. Et au deuxième plan, une compagnie américaine au business lucratif. Car, le gouvernement des Tuvalu, Etat miné par la pauvreté, a vite réalisé le potentiel commercial de son nom de domaine national, et l’a vendu, en 2000, à la société de marketing dotTV pour 50 millions de dollars. Depuis, une foule de sites proposant du contenu vidéo – des chaînes de télévision aux sites pornographiques – se sont dotés, moyennant finances, de l’extension «.tv» tant convoitée.

Pourquoi snober le «.ch»?
La télévision alémanique, elle, n’a pas eu le choix. «Pendant des mois, en vue du changement du nom de notre chaîne, de SF DRS à SF, nous avons demandé à l’Office fédéral de la communication de nous accorder l’adresse: www.sf.ch, explique Marco Meroni, porte-parole de la chaîne. Mais nous avons essuyé un refus en 2005, car en Suisse le mot qui précède le «.ch» doit être composé de trois lettres au minimum.» Font exceptions les sites des cantons ou communes tels que www.vd.ch (canton de Vaud) ou www.ge.ch (canton de Genève).

Quelle est la somme versée par SF à dotTV? «Un montant à cinq chiffres pour une période de dix ans», indique Marco Meroni. De l’argent qui profite, un tout petit peu, aux habitants de Tuvalu. Leur gouvernement est en effet encore propriétaire de parts chez dotTV et utilise une partie de ses dividendes pour… construire des routes sur l’archipel.

auteur : Martine Clerc
source
24heures.ch