Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Un député veut des adresses .QC

J’apprenais cette semaine que le député de Mercier à l’Assemblée nationale du Québec inaugurait son nouveau site Web. Et dans le cadre de cet exercice, Daniel Turp a découvert qu’il n’était pas possible d’obtenir un nom de domaine qui se termine par les lettres .QC. Après avoir fait des recherches, le député de la région montréalaise a cependant découvert que les Catalans ont réussi à obtenir le droit d’enregistrer un nom de domaine avec les lettres .CAT pour Catalunya. Selon ses recherches, l’ICANN aurait approuvé la demande en septembre 2006. Une demande effectuée sur la base des besoins linguistiques et culturels du peuple catalan.

Fort de cette recherche, Daniel Turp croit aujourd’hui que les Québécois pourraient obtenir leur identité propre sur internet et pour ce faire, il lance une grande pétition en ligne pour obtenir l’appui des internautes québécois et sympathisants de cette requête. Pour plus de renseignements sur cette démarche, il est possible de consulter le site de l’Opération POINT-QC.

Mais revenons au nouveau site

Maintenant, permettez-moi de revenir sur le nouveau site du député, car malgré toute la bonne volonté du député, le travail des «spécialistes» laisse à désirer. Généralement, je ne commente pas les sites Web, mais lorsqu’on m’envoie deux courriels pour m’annoncer en grande pompe un nouveau site pour « marquer le cinquième anniversaire de mon élection » et qu’on y mentionne «au cours des derniers mois, j’ai travaillé avec des spécialistes», je me permets une visite critique des lieux.

Et le résultat de cette visite est peu reluisant. Commençons par le message d’accueil. Deux jours après le lancement du nouveau site, on trouve encore le communiqué général du lancement en page d’accueil. Le jour du lancement, ça va toujours même si ça démontre un manque de culture Web. Mais deux jours plus tard, c’est un drôle de message pour un lieu qui doit être un carrefour entre un député et ses commettants. Au pire, on aurait pu faire disparaître l’invitation au lancement du site 😉

Dans son texte officiel d’accueil, le député nous apprend l’existence d’un Carnet citoyen pour y faire connaître notre opinion. Cet espace doit permet au député de prendre connaissance des commentaires et opinions qui le guideront dans son travail d’élu. Après vérification avec plusieurs fureteurs, j’ai eu beau chercher, je n’ai jamais trouvé dans ce carnet citoyen un espace pour envoyer un commentaire ou une opinion.

Le député en profite pour nous annoncer la présence d’un nouvel outil de communication, DanielTurp.TV. Bel exercice de communication et surtout très rentable avec un député qui est télégénique. Le hic, c’est que l’adresse Danielturp.tv n’a pas été enregistrée… à€ qui la chance ?

Je termine avec le plus gênant du site, les sections espagnoles et portugaises. Il faut savoir que la circonscription du député compte une forte population espagnole et portugaise. Le geste était noble, mais le résultat démontre l’importance des tests de qualité. Aucun lien dans le texte des deux sections ne fonctionne. Une fois sur la page espagnole ou portugaise, un texte invite l’internaute à cliquer vers diverses sections du site. Mais chaque clic nous amène plutôt vers une page d’erreur sur le serveur qui héberge le site du député.

source radio-canada.ca